Pour terminer cette première saison des Couilles sur la table, les auditrices et auditeurs ont la parole. On écoute et on tente de répondre aux questions et aux doutes sur la virilité, les masculinités, le féminisme, la biologie, la place des hommes dans la société.

Merci à Pauline, Sarah, Thibaud, Nina, Christophe, Marie, François-Xavier, Coralie, Lucas, Oscurio, Théo, Laura, Mélissa, Sofien pour leurs lettres, messages, questions, et à tous les auditrices et auditeurs qui écoutent, partagent, écrivent !

Cet épisode a été enregistré en public au Binge Audio Summer Festival.


RÉFÉRENCES CITÉES DANS CET ÉPISODE

Ces études à la con qui nous prennent pour des connes” (Titiou Lecoq, Slate, 2011)
« Testostérone : préjugés, hormone et influence » (Viviane Thivent, Cité Sciences, 2009)
« A quoi servent les groupes de copines sur Whatsapp?  » (Henri Rouillier, Rue 89, 2018)
« Le Fight Club Féministe, Manuel de survie en milieu sexiste » (Jessica Bennett, Autrement, 2018)
« Boys Don’t Cry ! Les coûts de la domination masculine » (Delphine Dulong, Christine Guionnet & Erik Neveu // Presses Universitaires de Rennes, 2012). A lire, une critique-résumé ici.
« Hétéro, cisgenre et monogame : qui rêve encore d’être « normal » ? » (Maïa Mazaurette, Le Monde, mai 2018)
Pour une nouvelle éducation sentimentale”, de la revue de critique sociale Harz Labour
La chanson “Les Hommes”, de Henri Tachan (1975)


CRÉDITS
A la réalisation, le « jeune” Quentin Bresson — plus rapide que l’éclair, l’oreille alerte, les idées frétillantes, c’est lui qui prend le son de tous les épisodes, qui les mixe et les réalise. A l’édition, Camille Regache, ses yeux de lynx et ses conseils avisés. A la direction artistique, Julien Cernobori et son goût impeccable. A la production, le bulldozer Joël Ronez. A la direction générale, Gabrielle Boeri-Charles, sans qui on dormirait probablement tous sous les ponts, et sa lumineuse alliée Albane Filly, qui s’occupe aussi souvent de l’édition. Ce générique dont on ne se lasse pas est signé du subtil Théo Boulanger… L’indispensable Juliette Livartowski est en charge de l’organisation et le rédac chef, c’est David Carzon, qui a toujours raison.