Il a été tour à tour un travailleur immigré en marge de la société, le beur comique, le voyou délinquant traqué par le flic blanc, le dealer, le héros national… Sur les écrans français, la figure de  «  l’arabe  » est un indicateur du rapport qu’entretient la France à son histoire coloniale et ses citoyen·ne·s arabes. 

De Fernandel à Sami Naceri, de l’Orient en carton pâte aux banlieues françaises, Leïla Izrar parcourt une autre histoire du cinéma français avec l’historien Julien Gaertner, et dessine les contours de l’image de «  l’arabe  » dans le cinéma français de 1970 aux années 2000. 


FILMOGRAPHIE (non exhaustive)

1910 – 1960
Pour voir les Moukères de Camille de Morlhon (1912)
Un de la légion de Christian-Jaques (1936)  – Disponible sur Dailymotion 
Pépé le Moko de Julien Duvivier (1937) – Disponible en VOD sur UniversCiné
Ali baba et les 40 voleurs de Jacques Becker (1954) – Disponible sur Dailymotion 
Angélique et le Sultan de Bernard Borderie (1968)

1970
Elise ou la vraie vie de Michel Drach (1970)
Mektoub d’Ali Ghanem (1970)
Dupont Lajoie d’Yves Boisset (1974)
Le Bougnoul de Daniel Moosman (1975)

Comédies (1970 – 1980)
Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury (1973)
La Valise de Georges Lautner (1973)
C’est pas moi c’est lui de Pierre Richard (1980) 
Prends 10 000 balles et casse toi de Mahmoud Zemmouri (1982) – Disponible sur Youtube
Plus beau que moi tu meurs de Philippe Clair (1982) – Disponible sur Youtube 
Banzaï de Claude Zidi (1983) – Disponible en VOD sur UniversCiné
L’émir préfère les blondes d’Alain Payet (1983) – Disponible sur Youtube
Pétrole ! Pétrole ! de Christian Gion (1981)

Polars (1980 – 1990)
La Balance de Bob Swaim (1982) – Disponible en entier sur Youtube
Tchao Pantin de Claude Berri (1983) – Disponible en VOD sur Universciné
Police de Maurice Piallat (1985)
Le Grand Frère de Francis Girod (1982) 
L’Union Sacrée d’Alexandre Arcady (1989)

Cinéma «  beur »
Le Thé au Harem d’Archimède (1985)
Thé à la menthe d’Abdelkrim Bahloul (1985) – Disponible sur Youtube
Bâton Rouge de Rachid Bouchareb (1985)

Cinéma de banlieue (1990)
Etat des lieux de Jean François Richet (1994) – Disponible sur Viméo
Hexagone de Malik Chibane (1994) – Disponible en VOD sur Universciné
La Haine de Mathieu Kassovitz (1995) – Disponible en VOD sur Universcine
Bye bye de Karim Dridi (1995) – Disponible sur Youtube 
Douce France de Malik Chibane (1995) – Disponible en VOD sur Universciné
Raï de Thomas Gilou (1995)
Ma 6T va craquer de Jean François Richet (1997) – Disponible en VOD sur Universciné

Nouvelle vague 
Taxi de Luc Besson (1998)
Wesh wesh de Rabah Ameur Zaimech (2001) – Disponible en VOD sur Universciné
L’Esquive d’Abdellatif Kechiche (2003)
Indigènes de Rachid Bouchareb (2006) – Disponible en VOD sur Universciné
Le Prophète de Jacques Audiard (2008) – Disponible en VOD sur Universciné


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’EMISSION 
“Nouvelle vague. Quand le cinéma prend des couleurs“, 52 minutes (France Télévisions/JEM Productions, 2012), La chanson de Roland, les opérateurs de cinéma Félix Mesguich et Alexandre Promio, le cinéaste Camille de Morlhond, L’Atlantide (Jacques Feyder, 1921), Pépé le Momo (Julien Divivier, 1937), Jean Gabin, Fernandel, la danseuse Samia Gamal, Richard Anconina, Roschdy Zem, Abdellatif Kechiche, Rabat Ameur-Zaïmeche, Rachid Bouchareb, Tahar Rahim, Jamel Debbouze, Samy Bouajila, Rachida Brakni, Leila Bekhti, Sabrina Ouazani, Indigènes (Rachid Bouchareb, 2006), Taxi (Luc Besson, 1998), Sami Naceri, La faute à Voltaire (Abdellatif Kechiche, 2001), Un prophète (Jacques Audiard, 2009), Les misérables (Ladj Ly, 2019).


CRÉDITS
Tarab est un podcast de Binge Audio animé par Leïla Izrar, soutenu par l’Institut du Monde Arabe. Cet épisode a été enregistré au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Victor Dubin. Musique : Waseem et Lamisse. Chargées de production et d’édition : Camille Regache et Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.