EPMD, Eric Clapton et The Wailers. La Source remonte tous les mois à l’origine des chansons pour raconter leur histoire, celle des genres musicaux et de leur héritage. Le duo de jeunes rappeurs américains a repris un riff hypnotisant d’Eric Clapton tiré d’une chanson originale de The Wailers, chanson dans laquelle un certain Bob Marley raconte avoir tué le shérif du coin.

1973 – Du ska, The Wailers est passé au reggae. Le groupe légendaire de Jamaïque s’apprête à chanter l’un des titres anti-flic les plus populaires de l’histoire. Suite à l’indépendance de l’île caribéenne, la musique jamaïquaine est en pleine ébullition. Nourri par les écrits de Marcus Garvey, Bob Marley imagine un groove rythmé par un skank de basse et de caisse claire. « I shot the sheriff… »

1974 – « …but I didn’t shoot no deputy » Eric Clapton cherche depuis quelques années à fuir sa réputation de dieu du blues. Après l’échec de son groupe éphémère Derek and the Dominos et une retraite des studios de trois années, le rockeur anglais à la vie agitée fait son retour. Avec sa guitare et une grande réticence, il reprend I Shot The Sheriff. Et le reggae devint à la mode dans le monde.

1988 – Deux lascars de Long Island s’émancipent des habituels breaks et samples de soul. Erick and Parrish Making Dollars sortent « Strictly Business » dans un album éponyme en reprenant le riff funky d’Eric Clapton. Ce beat au son très sec, repris mille et une fois, sera l’un des morceaux les plus influents du hip-hop.

Animé par Raphaël Da Cruz avec Brice Miclet, Arnaud Devillard et Sulee B. Wax.


CRÉDITS
La Source est un hors-série de NoFun animé par Raphaël Da Cruz et produit par Binge Audio. Cet épisode a été enregistré le 25 janvier 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Shkyd. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.