Le 1er décembre avait lieu la journée internationale de lutte contre le SIDA. Et peut être que vous n’en avez même pas entendu parler, parce que la maladie a un peu disparu de nos radars médiatiques.

Cela peut paraître étrange pour la génération née dans les années 80, dont l’entrée dans la sexualité s’est faite au son d’un discours de prévention très fort, mais c’est un fait : on ne parle quasiment plus du SIDA.

Quelques jours avant, Agnès Buzyn, l’actuelle ministre de la Santé annonçait le remboursement de certains préservatifs sur prescription médicale. Cela nous a poussé à nous interroger. Où en est-on de la prévention, de la lutte contre le VIH ? Les capotes remboursées, est-ce vraiment suffisant ? Qu’est-ce qu’il faudrait faire en plus pour qu’on ait enfin une bonne raison d’arrêter de parler du SIDA ?

Thomas Rozec est allé à la rencontre de différents acteurs de la lutte contre le SIDA, qui sont nombreux, et n’ont pas tous le même point de vue sur les moyens à employer pour venir à bout de l’épidémie. Tout d’abord le Professeur Jean-Michel Molina, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Saint-Louis. Puis Juliette Macaire, animatrice de prévention au CRIPS Île de France. Enfin, Hervé Latapie, président du centre LGBT Paris.

CRÉDITS
Réalisation : Vincent Hiver. Chargée de production et d’édition : Lorraine Besse. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction de programme : Joël Ronez. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Musique : François Clos et Thibault Lefranc. Production : Binge Audio.