On la résume souvent aux interprètes calé·e·s dans un coin de nos écrans télé. Malgré une reconnaissance dans la loi française en 2005, la langue des signes (ou LSF) reste perçue comme une sous-langue et souffre de nombreux clichés.

Pourquoi devrait-on parler des langues des signes ou lieu de LA langue des signes ? Quelles différences entre le signe et le mime ?

Laélia Véron vous propose, avec Saskia Mugnier, maîtresse de conférences en science du langage à l’université de Grenoble, une introduction aux langues des signes à destination des curieux·ses et à celles et ceux qui pensent que la LSF équivaut à quelques grimaces.


HOMMAGE

Cet épisode est dédié à la mémoire et aux travaux de Dominique Boutet, chercheur en sciences du langage à l’université de Rouen Normandie, spécialisé dans les domaines de la gestualité et des langues des signes, décédé en mai 2020 du coronavirus.


RECOMMANDATIONS ET COUP DE CŒURS

LES RECOS DE SASKIA : Le documentaire-fiction «  La Vérité  » réalisé par J. Bourges, le documentaire «  J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd  » réalisé par L. Carton et l’émission «  L’œil et la main  » sur France 5

LES RECOS DE MARIA : le laboratoire de recherches artistiques l’International Visual Theatre codirigé par Emmanuelle Laborit et Jennifer Lesage-David

LES RECOS DE LAELIA : Les chaînes YouTube de Monsieur Wild, et de Elles comme linguistes  – en particulier l’épisode «  La langue des signes se parle-t-elle avec les mains  ?  », les comptes Twitter @MelanieLmst, @HZN_HZN, @Dame_Fanny


RETRANSCRIPTION

Ci-dessous une retranscription complète de cet épisode :


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Les travaux d’Agnès Millet  :

« Marqueurs du genre poétique en langue des signes française : quelles libertés prises avec les règles de la langue ? », avec Marion Blondel, Lidil [Online], 60 | 2019

Grammaire descriptive de la langue des signes française. Dynamiques iconiques et linguistique générale. Grenoble  : UGA Éditions – 2019
Le jeu syntaxique des proformes et des espaces dans la cohésion narrative en LSF. Glottopol, 7, 2006

Les travaux de Saskia Mugnier :

Biographies langagières de futurs enseignants de LSF : enjeux culturels, identitaires et sociolinguistiques. Les Langues Modernes, Association des professeurs de langues vivantes (APLV), 2018, Langue(s) et identité(s), pp.44-57. ⟨hal-01948325⟩

Langage et langues en contexte de surdité : discours d’enseignantes, représentations des pratiques enfantines. Les Langues Modernes, Association des professeurs de langues vivantes (APLV), 2018, Troubles du langage et de la communication et enseignement des langues, pp.78-87. ⟨hal-01948319⟩ avec Agnès Millet

Autres :

Cuxac Christian. (2000). La langue des signes française (LSF)  : les voies de l’iconicité. Paris-Gap  : Ophrys.

Blondel, Marion (dir.). (2016). Traduire la poésie en langue des signes. Double Sens, 6, 7-8.

Boutet, D., Sallandre, M.-A. & Fusellier-Souza, I. (2010) «  Gestualité humaine et langues des signes  : entre continuum et variations.  », Langage et Société, 131, 55-74. (Disponible en ligne)

«  Les langues des signes (LS)  : recherches sociolinguistiques et linguistiques  », revue Glottopol n°7, Janvier 2006, par Richard Sabria

«  Langues des signes. Langues minoritaires et sociétés  », revue Glottopol n°27, janvier 2016, par Richard Sabria

L’épisode «  La langue des signes ne se tait plus  » du podcast Programme B (Binge Audio, 2020)


CRÉDITS
Parler comme jamais est un podcast de Binge Audio animé par Laélia Véron, avec la collaboration scientifique de Maria Candea, enseignante-chercheuse à l’université de Paris 3 et en soutien avec la Délégation générale à la langue française et aux langues de France. Cet épisode a été enregistré en mai 2020 dans le respect du confinement depuis Orléans et Paris. Réalisation  : Quentin Bresson. Générique  : Thomas Oger. Production et édition  : Diane Jean. Identité graphique  : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes  : Joël Ronez. Direction de la rédaction  : David Carzon. Direction générale  : Gabrielle Boeri-Charles.