Être un homme, c’est savoir depuis l’enfance qu’il est possible de payer une femme pour avoir un rapport sexuel. Cela veut aussi dire avoir été racolé au moins une fois dans sa vie.

D’ailleurs, la prostitution est partout autour de nous, jusque dans notre langage. “Putain”, “bordel” et “pute” sont des mots que nous prononçons sans y penser parfois plusieurs dizaines de fois par jour…

Quel rôle joue la prostitution dans la construction de la virilité ? Pourquoi certains hommes deviennent-ils des “prostitueurs” réguliers, c’est à dire des hommes qui paient des prostituées ? Au contraire, qu’est-ce qui pousse un homme à refuser la prostitution ?

Écrivaine et militante féministe depuis 1971, Florence Montreynaud s’est engagée au MLF et au Planning Familial dès les années 70 et a fondé le mouvement Les Chiennes de Garde. Elle a longuement étudié les hommes qui paient des prostitués – les “prostitueurs » – avant de fonder et de fédérer Zéromacho, un réseau international d’hommes engagés contre la prostitution.

Elle vient de publier « Le Roi des cons. Quand la langue française fait mal aux femmes » (Le Robert, 2018) et « Zéromacho. Des hommes disent non à la prostitution » (M éditions, Montréal, 2018). Elle est l’invitée de ce nouvel épisode des Couilles sur la table.


RECOMMANDATION DE L’INVITE

Florence Montreynaud recommande “L’attrape-coeurs” de J-D Salinger (1951) et de vous engager dans le réseau Zéromacho, en signant le manifeste “Des hommes disent “NON” à la prostitution”.


CRÉDITS
Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon, produit par Binge Audio. Production : Joël Ronez. Rédaction en chef : David Carzon. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée d’édition et production : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Direction artistique : Julien Cernobori. Éditrice : Albane Fily. Générique : Théo Boulenger.