Les hommes pénètrent, les femmes sont pénétrées : les rapports hétérosexuels se déroulent souvent selon le même scénario coït-pénis-vagin, érection-pénétration-éjaculation. Alors qu’elle est physiquement impossible pour certain·e·s, douloureuse pour d’autres, ou qu’elle ne procure que peu de plaisir, pourquoi la pénétration vaginale est-elle au coeur de la sexualité ? Pourquoi les autres pratiques sont reléguées au statut de « préliminaires » ? En quoi cette hiérarchisation des actes sexuels perpétue les normes viriles ?

Pour interroger ces normes et les dépasser, l’écrivain Martin Page a récemment publié son essai “Au delà de la pénétration” aux éditions Monstrograph, maison d’édition qu’il a créée avec sa compagne. Loin de dicter de nouvelles normes sexuelles, cet épisode a pour objectif de décomplexer, de libérer les sexualités de chacun·e.


L’OEUVRE DE L’AUTEUR
« Au delà de la pénétration » de Martin Page (éditions Monstrograph, 2019) : https://www.monstrograph.com/product/au-dela-de-la-penetration-martin-page/


RECOMMANDATION DE L’INVITÉ
«  Un féminisme décolonial » de Françoise Vergès (éditions La Fabrique, 2019) : https://lafabrique.fr/un-feminisme-decolonial/


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION
Cette étude britannique de 2014 qui analyse le nombre d’orgasmes obtenus chez des hommes et des femmes États-Unien.ne.s célibataires en fonction de leur orientation sexuelle.

Cette étude États-Unienne de 2017 qui confirme que les lesbiennes ont plus d’orgasmes que les femmes hétérosexuelles ou bisexuelles, et que de telles disparités n’existent pas chez les hommes .

Une enquête internationale menée par l’IFOP de 2015 sur le plaisir féminin, la pénétration et l’orgasme :

« Coïts » d’Andrea Dworkin (éditions Syllepse, 2019), publié en 1987 sous le titre original « Intercourse ».

L’article « Come on. Discussion sur un nouveau mot qui émerge et qui va révolutionner notre manière de parler de sexe » de Bini Adamczak, publié sur le site de la revue GLAD ! le 15 décembre 2018.

Ce thread de Laélia Véron, qui dénonce la complaisance avec laquelle beaucoup d’auteurs masculins écrivent les mêmes scènes de sexe pénétro-centrées qui mêlent culture du viol, misogynie et hétéro-centrisme.


CRÉDITS
Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Stagiaire : Nadia Chapelle. Générique : Théo Boulenger. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.