Seulement six mois après la séparation de la MZ, Jok’air est devenu le rappeur préféré des… rappeurs français, et a déjà l’air d’un artiste solo installé et identifié.

“Je suis Big Daddy” confirme une impression : Jok’Air a un vrai goût pour le chant, et infuse dans sa musique des échos de variété vintage. Synthés des années 80, accords soft rock, pop électronique sombre entre mystère et bubblegum, dans un ensemble inspiré de quelque chose de très français.

Sa faiblesse ? Ses textes un peu naïfs et ingénus. Sa force ? Son chant sans autotune aux intentions justes. Plus Jok’Air s’éloigne du rap pour aller vers la pop, plus sa musique gagne en intérêt. Peut-être va-t-il essayer de récupérer la place vacante du chanteur du rap français ? En attendant, il teste et tente de trouver sa patte musicale, dans cette mixtape un peu “crash test” non dénuée d’intérêt.

Podcast animé par Mehdi Maïzi avec Raphaël Da Cruz, Aurélien Chapuis et Nicolas Pellion.


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Je suis Big Daddy (Jok’air, 2017), MZ, Les Princes (MZ ft. Nekfeu, La Dictature, 2016), La mélodie des quartiers pauvres (Jok’air, Big Daddy Jok, 2017), Deen Burbigo, Mac Tyer, Sidisid, Laylow, Hyacinthe, Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Renaud, Georges Brassens, PNL, Mylène Farmer et Laurent Boutonnat, Jeanne Mas, Elsa, Eagle-Eye Cherry, Ysa Ferrer, Mariama (Jok’air, 2017), Mr Dela (Butter Bullets), Madame Monsieur, Christine and the Queens, Affaire de famille (MZ, 2015), La dictature (MZ, 2016), Travis Scott, Lil Uzi Vert, Booba, Hache-P, Rohff, The Weeknd, Maître Gims, Le chant de lucifer (Jok’air), Plus rien ne m’étonne (Jok’Air ft Chich, Je suis big daddy, 2017), Doc Gyneco, Nirvana, Macarena (Damso, Ipséité, 2017), Premier métro (Zekwé Ramos, Frapp Musiq, 2016), Cigarette (Jok’air feat Serge Gainzbeur, Je suis Big Daddy, 2017), Vald, Philippe Katerine, Sébastien Tellier, Alkpote, Steevie Wonder, Katy Perry, Gucci Mane, Stromae, Jidenna, Calogero, Stanislas, Creep (Radiohead, My Iron Lung, 1994), Nas, Lil Yachty, Kenji Girac, Etienne Daho, Nate Dogg, Thundercat, MHD


COUPS DE COEUR ET RECOMMANDATIONS

LA RECO D’AURÉLIEN CHAPUIS : le groupe des Doobie Brothers qui jouaient à la fin des années 60 du rock planant, avant de changer de direction au milieu des années 70 en embarquant Michael McDonald qui adorait le R’n’B et Steevie Wonder, ce qui a donné de la pop soul R’n’B incontrôlable. Il était en featuring sur un single de Thundercat récemment.

LA RECO DE NICO PELLION : un gospel de rue, la “bromance” incarnée, dans “With my team” des Creek Boyz (2017), un groupe de Baltimore qui chante une mélodie moderne qu’aurait pu chanter Jok’air.

LA RECO DE RAPHAËL DA CRUZ : un rappeur, Alivor, qui a su trouver sa patte au fil des ans, et qui tire maintenant vers l’afro trap politique (avec les morceaux “Danse Racaille” et “Rends l’argent”).

LA RECO DE MEHDI MAIZI : le rappeur Infinit’, qui a sorti un EP, “Nique sa mère le maire” en référence au film “La Haine”, et à un certain maire du 06. Son précédent EP, “Plus” produit par DJ Weedim, fonctionnait moins bien, mais celui-ci est à la hauteur de son talent.


CRÉDITS

Enregistré le 7 juin 2017 à l’Antenne Paris (10, rue la Vacquerie 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargé de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio / L’Antenne Paris. Réalisation : Sébastien Salis. Générique : extrait de « Tyra Banks » de Nodey (Atrahasis EP) par Nodey. NoFun est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio