Poster génial qui répertorie et cartographie 1800 films,  Movieland propose un voyage original dans nos souvenirs de cinéphile. A soutenir et à partager.

Attention, je préfère vous prévenir, cette note de service va être positive, elle va dire du bien de quelqu’un. Sans aucune arrière pensée. Je sais, vous n’avez pas l’habitude, je me devais de prendre les devants pour vous éviter un choc émotionnel trop important. Maintenant, vous êtes prévenus, et donc prêts pour écouter un propos enthousiaste. 

Si vous ne le connaissez pas, je vous présente David Honnorat, un des fondateurs de Vodkaster, désormais  pilier du cinéma Binge Audio, à la fois chroniqueur régulier dans NoCiné et à l’origine de notre nouvelle émission NoTube sur la culture YouTube. J’aime -comprendre je jalouse- sa connaissance du cinéma, ses points de vue tranchés et argumentés, mais j’aime encore plus ses projets complètement barrés de cinéphile psychopathe. Le dernier en date : une immense carte Movieland composée de 1800 oeuvres cinématographiques reliées entre elles par des routes au sein de régions imaginaires dont les noms évoquent les films qui la composent. Un immense poster à afficher sur ses murs et décrypter des heures durant, le nez collé dessus.

David Honnorat n’a pas besoin qu’on lui fasse de la pub, sa campagne de crowdfunding est déjà un succès, il a atteint la jauge minimale en à peine 24 heures et il a même attiré l’attention de la presse américaine. En fait, je tiens juste à le remercier de nous rappeler que le cinéma peut encore faire rêver sous des aspects inattendus. Pas seulement le cul assis dans un fauteuil avec les genoux qui touchent le siège de devant. Le cinéma reste un puissant moteur pour notre imagination. Encore faut-il l’entretenir.

Car ce qu’on préfère, c’est quand le cinéma déborde de l’écran. C’est pour cela qu’on aime le Blow Up de Luc Lagier, diffusé depuis maintenant trois cents épisodes sur le site d’Arte* et qui continue décortiquer les films thématiques par thématiques, en récréant des oeuvres en soi. C’est aussi pour qu’on aime la folie d’un Parle à mon luc, podcast qui commente un film de Besson en entier et en live… Ou encore la série Poster Fever de Jaja Poupou qui donne vie aux affiches de films culte ou tous ceux qui remontent des films à la manière de Wes Anderson.

Movieland et tous ces exemples viennent rappeler quelque chose d’essentiel : un film est aussi un point de départ. Oui, il peut se suffire à lui-même, oui il peut être un fin en soi, mais il peut surtout conduire vers d’autres contrées et nourrir d’autres matériaux, à l’infini, continuer à exister sous d’autres formes, vivre plusieurs vies. Plus qu’un objet qu’on est fier d’afficher, Movieland est une encyclopédie émotionnelle à partager, il nous permet de feuilleter notre mémoire de cinéphiles et de susciter le désir de voir ou revoir des films, de tisser des liens entre souvenirs et émotions, de créer des passerelles dans les recoins cachés de notre cerveau… Bref, c’est le cinéma qu’on aime.

David Carzon

(*) disclaimer : Joël Ronez, directeur général de Binge Audio, est à l’origine de ce programme


CREDITS

« Note De Service / Binge actu » est un podcast de la rédaction de Binge Audio, réalisé par David Carzon (directeur de la rédaction). Enregistré le vendredi 20 octobre 2017. Direction artistique : Julien Cernobori. Musique originale : Théo Boulenger. Design : Sebastien Brothier (Upian). Chargée d’édition et production : Camille Regache.