Pour son deuxième long-métrage, Keiron s’inspire une nouvelle fois de son histoire familiale et revient sur son expérience en tant qu’éducateur social auprès de collégiens décrocheurs. Réalisateur, scénariste et acteur, il interprète Waël, un ancien enfant des rues qui vit de petites arnaques en banlieue parisienne avec Monique, une femme à la retraite. Pris la main dans le sac, l’escroc se retrouve obligé de s’improviser éducateur pour un centre d’enfants exclus du système scolaire. Après un premier essai tendre et efficace avec Nous trois ou rien, le comédien s’essaye au feel good movie. Une romance, des flashbacks en Iran et un polar parachuté de nulle part, le film part rapidement dans tous les sens et finit par ennuyer. En voulant trop faire et se donner à tout prix le beau rôle, Keiron doit vraiment arrêter d’être le héros de ses propres films.

Animé par Daniel Andreyev avec Hugo Alexandre et Perrine Quennesson.


RECOMMANDATIONS

LA RECO DE PERRINE QUENNESSON : Misfits, une série anglaise sur des gamins délinquants qui vont devoir faire face à leurs vieux démons. Deuxième reco, Sister Act 2 car il y a aussi une histoire de bonnes soeurs avec des jeunes compliqués. Drôle, rythmé et engagé, c’est génial.

LA RECO D’HUGO ALEXANDRE : La philo selon Philippe, une série française des années 1990. Elle suit le quotidien d’élèves et de professeurs le temps d’une année scolaire. Le lien avec Mauvaises herbes ? Le professeur Philippe n’a aucun bagage pédagogique, comme Waël !

LA RECO DE DANIEL ANDREYEV : Esprits rebelles, un classique ! Autrement, il y a aussi une comédie qui est passée inaperçue La colle d’Alexandre Castagnetti. Un exemple de ce qu’il faut faire quand on veut faire une comédie d’ado.


CRÉDITS
MDR est un podcast de Séance radio, produit par Goom. Enregistré à l’Antenne Paris (10, rue la Vacquerie 11ème) le vendredi 30 novembre 2018. Production exécutive : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Editrice : Adélaïde Desnoë. Générique : Corentin Kerdraon.