Dans cet épisode, il est question de cinéma et de séries télévisées vues par le prisme du genre. Victoire Tuaillon s’entretient avec Iris Brey, spécialiste de la représentation du genre et des sexualités à l’écran, critique de séries et de cinéma, enseignante à l’université de Californie à Paris, et autrice de «  Le regard féminin : une révolution à l’écran  » (éditions de L’Olivier). 

Dans cette première partie, elles discutent de ce qu’est le male gaze, c’est à dire le regard masculin : à quoi est-ce qu’il correspond concrètement, en terme d’esthétique, de choix de mise en scène et de cadrage ? Où en est-on de la parité dans l’industrie cinématographique et pourquoi aujourd’hui encore, la majorité des films produits sont financés et réalisés par des hommes ? 


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉPISODE

Cette étude du CNC sur la place des femmes dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle, où l’on apprend que : 

– 80 % des films français sortis en salles en France sur la période 2011- 2015 sont réalisés par des hommes.
– A la FEMIS, en dix ans, 546 étudiants ont été admis à la Fémis dont 51 % de femmes et 49 % d’hommes
– Le budget moyen des films réalisés par des femmes est 1,6 fois moins élevé que celui réalisé par des hommes. Plus les budgets augmentent, moins les femmes sont présentes. Au delà de 20 millions d’euros, il n’y a plus aucune femme.
– En moyenne, une réalisatrice de long métrage a un salaire horaire inférieur de 42 % à celui de ses collègues masculins. 

Cette étude menée par trois économistes sur les différences de cachets entre acteurs et actrices, portant sur 246 acteurs et actrices apparus dans 1343 films entre 1980 et 2015 : pour un même film, les acteurs gagnent en moyenne 1,1 million de dollars de plus que leurs partenaires féminines.

Le test de Bechdel : un film «  passe le test  » si 
1/ il possède au moins deux personnages féminins et que ceux-ci portent un nom
2/ ces deux personnages ont au moins une discussion
3/ que cette discussion concerne autre chose qu’un homme 

Ce site (en anglais) répertorie tous les films qui le passent. Le site Polygraph a passé 4 000 films sortis en salle durant les vingt dernières années au test de Bechdel.

The Riz test, pour mesurer les stéréotypes concernant les personnes musulmanes dans les fictions.

Le test du paternel, un film «  passe le test  » si  :
1 / Voit-on un père en train de s’occuper de son enfant ? 
2 / A-t-il une conversation avec son enfant sans faire mention de la mère ? 
3 / Accomplit-il une tâche domestique sans que cela semble inhabituel ? 

«  Plaisir visuel et cinéma narratif  » : le texte fondateur de Laura Mulvey, datant de 1975. La revue de critique Débordements en avait proposé une traduction.


CRÉDITS
Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Cet entretien a été enregistré dans le studio Surya Bonaly de Binge Audio (Paris 19e). Prise de son et réalisation : Quentin Bresson. Réalisation : Quentin Bresson Générique : Théo Boulenger. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.