Il y a le premier verre en famille, la pinte rituelle entre collègues en sortant du travail, le «  binge drinking  » entre étudiant·e·s… L’alcool est un élément essentiel de sociabilité, qui sépare celles et ceux qui tiennent l’alcool et les autres. Mais quand l’ivresse masculine amuse, l’ivresse féminine inquiète. Boire est une performance de genre, une preuve de virilité.

Boire comme un homme, «  savoir  » boire, qu’est ce que cela signifie ? Pourquoi les personnes alcoolodépendantes sont en majorité de genre masculin ? Quelle est la frontière entre les buveur·euse·s respecté·e·s et dénigré·e·s ? 

Spécialisé dans l’étude de alcoolodépendance, Nicolas Palierne est doctorant en sociologie au sein du laboratoire d’études de l’EHESS, ingénieur d’études à l’INSERM et chargé d’enseignement à l’Université de Poitiers. 


RECOMMANDATIONS DE L’INVITÉ
Les oeuvres de l’écrivain et poète américain Charles Bukowski, et notamment trois des adaptations cinématographiques qui ont été réalisées à partir de ses textes : «  Contes de la folie ordinaire  » (Marco Ferreri 1982), «  Barfly  » (Barbet Schroeder, 1987) et «  Factotum  » (Bent Hamer, 2005).


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION 

Les publications et ouvrages de Nicolas Palierne : «  Rapport au « boire » et au risque en milieu étudiant : dépassement ou déplacement du genre ?  » par Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor publié dans SociologieS le 19 octobre 2016.
«  Modération et sobriété chez les étudiants : entre ethos de vie et résistance aux normes  » par Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor publié dans Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale en mars 2015 (Numéro 107).
«  Le genre de l’ivresse, évolution des consommations d’alcool chez les étudiant-e-s  » par Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor publié dans le Journal des anthropologues en janvier 2015 (n°140-141).
«  La femme alcoolique : retour sur une déconstruction sociologique par Monique Membrado  », propos recueillis par Nicolas Palierne, publié dans «  Boire : une affaire de sexe et d’âge  » paru aux éditions Presses de l’EHESP en 2015.
«  Les jeunes « non-buveurs » au prisme du genre et de l’éducation familiale, enquête en population étudiante  » par Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor publié dans «  Boire : une affaire de sexe et d’âge  » paru aux éditions Presses de l’EHESP en 2015.
«  Privilèges et coûts de la masculinité en matière de consommation d’alcool  » par Ludovic Gaussot et Nicolas Palierne, publié dans «  Boys Don’t Cry ! Les coûts de la domination masculine  » aux éditions Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Les travaux de l’anthropologue Mary Douglas, et notamment son ouvrage «  Constructive Drinking : Perspectives on Drink from Anthropology  » (éditions Psychology Press, 1987), dans lequel elle étudie les différences de consommation d’alcool du point de vue du genre.

Les travaux d’Anne-Sophie Cousteaux sur la santé mentale et le genre : 
«  Le mal-être a-t-il un genre ? Suicide, risque suicidaire, dépression et dépendance alcoolique  » par Anne-Sophie Cousteaux et Jean-Louis Pan Ké Shon publié dans la Revue française de sociologie en janvier 2008 (Vol. 49)
Sa thèse de sociologie : «  Le masculin et le féminin au prisme de la santé et de ses inégalités sociales  », Institut d’études politiques de paris – Sciences Po, 2011.


CRÉDITS
Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Réalisation  : Quentin Bresson. Stagiaire  : Nadia Chapelle. Générique  : Théo Boulenger. Chargée de production  : Juliette Livartowski. Chargée d’édition  : Camille Regache. Direction des programmes  : Joël Ronez. Direction de la rédaction  : David Carzon. Direction générale  : Gabrielle Boeri-Charles.