Difficile d’échapper ces jours-ci à cet étrange ballet de gilets jaunes qui mettent sous pression le gouvernement, ni à ce petit parfum insurrectionnel qui flotte dans l’air.

On ne va pas se mentir : des manifs tendues, voire très violentes, des mouvements sociaux qui durent, il y en a eu beaucoup. Mais celui-là à cela de particulier qu’il semble acter la fin d’un système, celui de ce qu’on appelle les corps intermédiaires, ceux qui ont l’habitude de porter auprès du pouvoir les revendications du peuple : les syndicats.

On a pour habitude de les voir, en tête des cortèges, sur les plateaux de télé, incarner les contestations du moment. Sauf que là, pas du tout. D’ailleurs, les débordements auxquels on assiste sont sans doute en partie lié à l’absence de structure type service d’ordre pour encadrer les mobilisations.

Mais, au delà des faits, qu’est-ce que ça signifie ? Est-ce que le syndicalisme français est arrivé au bout de son modèle ? Et dans quel état est-il, à l’heure actuelle ?

Thomas Rozec reçoit Rémi Bourguignon, maître de conférences à l’IAE de Paris et spécialiste des questions syndicales.

CRÉDITS
Réalisation : Vincent Hiver. Chargée de production et d’édition : Lorraine Besse. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction de programme : Joël Ronez. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Musique : François Clos et Thibault Lefranc. Production : Binge Audio.