Comment les enfants mangent-ils à la cantine ? Casseroles passe à table et se demande comment de grosses entreprises de restauration se sont emparées des cantines scolaires, et pourquoi elles mettent en avant des produits de l’industrie agro-alimentaire. Quels sont les enjeux financiers ? Sandra Franrenet est journaliste pour différentes publications comme Le Canard Enchainé ou Madame Figaro, et elle a récemment écrit Le livre noir des cantines scolaires. Elle est l’invitée de cet épisode pour expliquer pourquoi la cantine, qui devrait être le lieu le plus égalitaire pour le bien-manger, n’est toujours pas un lieu exemplaire, et quelles sont les alternatives heureuses existantes.

« Les enfants des classes populaires justement sont pas forcément ceux, qui ont la chance de toujours pouvoir bien manger à la maison, parfois la cantine c’est le seul repas où alors le repas le plus important qu’ils ont donc si celui n’est même pas bon, pas nourrissant pas exemplaire et ben justement mettons tout en oeuvre pour qu’au moins celui du midi soit bon, soit nourrissant et apporte tout ce qu’il faut sur le plan nutritionnel. »
Sandra Franrenet


LA CHRONIQUE DE JILL COUSIN

Jill Cousin essaye de diminuer sa consommation de viande depuis quelque temps, elle raconte comment elle s’y prend et comment les cantines scolaires pourraient faire la même chose. Elle parle notamment des haricots qu’elle cultive avec Norbert à La ferme ô Vert, avec la technique de la milpa !

« C’est complètement aberrant de faire manger aux enfants un agneau de Nouvelle-Zélande tandis qu’il y en a en France. Pareil avec les steaks qui viennent du Royaume-Uni. Dans les cantines scolaires, on peut aussi privilégier les bêtes locales et cela ne coûte pas forcément 3 fois plus cher. »


LES RECOMMANDATIONS

A LIRE
Le livre noir des cantines scolaires de Sandra Franrenet, aux éditions Leduc.
Pas de plastique dans nos assiettes, par l’association Cantine sans plastique aux éditions du détour.
Self Service, Benjamin Rondeau, aux éditions du Motel

À paraitre :  Cantine Générale, une co-édition Phamily First / Les magasins généraux.

QUELQUES ARTICLES
Les drames de la cantine, une enquête de Thibaut Schepman pour Les jours.
Le rapport de Greenpeace sur la viande à la cantine.

A VOIR
Les casseroles de la restauration collective, un film de Céline Destève, France 5.
Envoyé spécial. Cauchemar à la cantine – diffusé le 15 novembre 2018, France 2.
Nos jours heureux, un film d’Olivier Nakache et Eric Toledano, pour son cantinier Mimoun. 

QUELQUES ASSOCIATIONS ET COLLECTIFS
Les enfants du 18 mangent ça, un collectif de quartier à retrouver sur leur page Facebook.

Pas d’usine, on cuisine, un collectif citoyen pour une restauration collective saine, durable, responsable, éducative et bonne.
L’association Un Plus Bio, un réseau national qui rassemble des cantines bio.
Association Cantine sans plastique, une association qui sensibilise et agit en faveur d’une restauration collective saine et sans plastique. L’assocation publie le 6 décembre un ouvrage sur les perturbateurs endocriniens dans les assiettes des cantines intitulé Pas de plastique dans nos assiettes.

À BOIRE
Jus Yumi

À MANGER
Mûre, 6 Rue Saint-Marc, 75002 Paris / Cantine biologique Paris
Aux bons crus, 54 Rue Godefroy Cavaignac, 75011 Paris.


CRÉDITS
Casseroles passe à table est un podcast de Zazie Tavitian produit par Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Musique originale : Théo Boulenger. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Seb Brothier / Upian. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Direction artistique : Julien Cernobori.