L’écrivain culte irlandais revient sur l’accord de paix pour l’Irlande du Nord signé il y a vingt ans. L’occasion de parler du Belfast d’aujourd’hui, de Paris où il est installé et de Charlie Hebdo où il est chroniqueur.

Il y a 20 ans était signé entre toutes les forces politiques du pays, l’accord de paix pour Irlande du Nord. Un anniversaire passé inaperçu malgré un petit raout organisé pour l’occasion avec les artisans de cet accord, Tony Blair et Bill Clinton. Et pourtant, cette paix est plus fragile qu’on ne le pense. Parce qu’elle n’a pas réussir à abattre les murs et que le Brexit met en danger cet équilibre fragile en faisant resurgir le spectre des frontières.

Cet anniversaire injustement célébré était un excellent prétexte pour un long entretien avec l’écrivain irlandais Robert McLiam Wilson, auteur notamment du roman culte, Eureka Street. Avec son humour tout irlandais, il revient sur le Belfast d’hier et d’aujourd’hui, le Brexit, Paris où il réside depuis près de dix ans, et Charlie Hebdo où il est désormais chroniqueur. Et de nous glisser une information capitale à ceux – comme moi – qui attendent un nouveau roman.

Quelques conseils de lecture et autres :

– « Voyage dans l’Irlande du Brexit », numéro spécial de Courrier International

– tous les romans de Robert McLiam Wilson, Eureka Street, Ripley Boogle, La douleur de Manfred… 

– les romans de Sorj Chalandon ayant trait à l’Irlande, Mon Traître et Retour à Killybegs

– les documentaires Irlande l’aube d’un pays et L’Europe des écrivains


CRÉDITS

« L’entretien / Binge actu » est un podcast de la rédaction de Binge Audio, réalisé par David Carzon (directeur de la rédaction). Conversation enregistrée en avril 2018. Direction artistique : Julien Cernobori. Musique originale : Théo Boulenger. Design : Sebastien Brothier (Upian). Crédits photo : Mathieu Bourgois.