Est-ce que l’histoire du film en train de se faire n’était pas plus intéressante que le film lui-même ? La question se pose avec « L’homme qui tua Don Quichotte » qui a fait l’événement au festival de Cannes et qui vient de sortir. Il aura fallu plus de 20 ans ans de galères à Terry Gilliam, et bien des péripéties, pour parvenir à faire ce film. Jusqu’à la veille de sa sortie, on ne savait pas s’il pourrait être projeté en salles. Et Terry Gilliam a même fait un léger malaise cardiaque juste avant le festival.

L’histoire ? En Espagne, un réalisateur de pub désabusé décide de reprendre une oeuvre de jeunesse qu’il avait tournée à cet endroit et qui avait pour thème, évidemment, Don Quichotte. Bon, on est content pour Terry Gilliam qu’il soit parvenu au bout de son projet envers et contre tout, mais il est difficile d’être tout à fait convaincu par ce film touchant, foutraque, limite testamentaire qui concentre toutes les obsessions de Gilliam, sans les réinventer toutefois. Mais son oeuvre reste une ode aux rêveurs, aux tarés, aux créateurs… A Terry Gilliam lui-même en somme.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson, Stéphane Moissakis et David Honnorat


LES RÉFÉRENCES CITEES DANS LE FILM

Terry Gilliam, Adam Driver, Olga Kurylenko, Jonathan Pryce, Jean Rochefort, John Hurt, Lost in La Mancha (Keith Fulton et Louis Pepe, 2002), Tim Burton, Big Fish (Tim Burton, 2003), Zero Theorem (Terry Gilliam, 2013), Star Wars, Girls, Andrew Garfield, L’Armée des Douze Singes (Terry Gilliam, 1995), Brazil (Terry Gilliam, 1985), L’Imaginarium du docteur Parnassus (Terry Gilliam, 2009), Les aventures du baron de Münchhausen (Terry Gilliam, 1988), Fisher King (Terry Gilliam, 1991), Johnny Deep, Bruce Willis.


LES RECOMMANDATIONS

LA RECO DE PERRINE QUENNESSON : « Tales of Tales » de Mateo Garron (2015), film foutraque à partir de contes du 15ème siècle

LA RECO DE STÉPHANE MOÏSSAKIS : « Impitoyable » de Clint Eastwood (1992), western définitif 

LA RECO DE DAVID HONNORAT : « Maestro » de Léa Fazer (2014), inspiré du tournage d’un film d’Eric Rohmer


CRÉDIT

Enregistré le 22 mai 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.