Exotisme, érotisme, féminité et sensualité : le mythe de la « danseuse du ventre » qui ondule dévêtue en costume deux pièces, est un produit de l’orientalisme, alimenté par le cinéma. Cet imaginaire occidental est très loin des réalités des danses arabo-berbères, puisqu’il n’y a pas une danse orientale, mais bien des danses orientales : aalaoui, dabke, fazzani…

Pour interroger le rapport de l’oeil occidental au corps oriental dansant, Leïla Izrar reçoit deux invitées : Mariem Guellouz, danseuse, maître de conférences en sciences du langage à l’université Paris-Descartes et directrice des journées chorégraphiques de Carthage en Tunisie, et Raïssa Leï, directrice artistique de la troupe Kif Kif Bledi, qui fait vivre en France les danses alternatives d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. 


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION 
« Voyage en Égypte » de Gustave Flaubert (1851), les danseuses et actrices égyptiennes Tahia Carioca (1915-1999) et Samia Gamal (1924-1994), l’artiste Sofiane Saidi, l’artiste Ammar 808, « Les danses dans le monde arabe ou l’héritage des almées » de Jamila Henni Chebra et Christian Poché, la mini série de Kif Kif Bledi « Les Contes de Raïssa Leï  ». 


CRÉDITS
Tarab est un podcast de Binge Audio animé par Leïla Izrar, soutenu par l’Institut du Monde Arabe. Cet épisode a été enregistré au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Jules Krot et Quentin Bresson. Musique : Waseem et Lamisse. Chargées de production et d’édition : Camille Regache et Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.