[Attention, on spoile tout. Vraiment tout]

Il y a comme un air de déjà-vu dans cette suite du spin-off de Rocky. Deux fils montent sur le ring et reprennent un combat mené par leurs pères trente ans plus tôt. D’un côté, Adonis Creed, champion du monde de boxe joué par le très en vogue Michael B. Jordan, continue de s’entraîner avec Rocky Balboa. De l’autre, Viktor Drago, fils du colosse russe qui avait tué Apollo Creed, père d’Adonis, dans le quatrième volet de la saga, le provoque en duel.

La touchante relation père-fils dans la famille Drago est bien la seule chose qui vaille dans cet opus fade réalisé par Steven Caple Jr. Les personnages féminins font partis des gros ratés de ce film à papa, avec, par exemple, le passage éclair de la très attendue Brigitte Nielsen, ex de Sylvester Stallone. Vieillissant, l’acteur américain n’a pas grand chose à défendre dans ce film. C’est d’ailleurs le dernier round pour l’acteur qui a annoncé qu’il ne reprendrait plus le rôle du légendaire boxeur. Une chose est sure : Rocky, c’est bel et bien fini.

Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, Perrine Quennesson et Stéphane Moïssakis.


RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

LA RECO DE PERRINE : Friday Night Lights (Peter Berg, 2006-2011), série sur le football américain qui a révélé Michael B. Jordan

LES RECOS DE STÉPHANE : Anaconda, le prédateur (Luis Llosa, 1997) et L’Expert (Luis Losa, 1994) avec Sylvester Stallone


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION
Rocky (John G. Avildsen, 1976), Rocky IV (Sylvester Stallone, 1985), Rocky Balboa (Sylvester Stallone, 2006), This Is Us (Dan Fogelman, 2016- ), Creed: L’héritage de Rocky Balboa (Ryan Coogler, 2015)


CRÉDITS
Enregistré le 7 janvier 2019 à l’Antenne (Paris 11eme). Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Direction de production : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Générique : Corentin Kerdraon. Production : Binge Audio.