Après la théorie, place à la pratique. Dans la seconde partie de cet entretien avec le sociologue et philosophe Didier Eribon, il est question de l’influence de la psychanalyse sur le genre, l’homosexualité, la famille. Les garçons auraient tous besoin d’un père, les femmes et les hommes seraient fondamentalement différents, un papa et une maman : on ne ment pas aux enfants. En somme, tout l’inverse de ce que nous montrent les études de genre et l’anthropologie. 

Quel impact a la psychanalyse sur ce qu’on sait des hommes, des femmes, de la famille ? En quoi la culture psychanalytique perpétue t-elle des normes hétéro-sexistes et rétrogrades du point de vue des relations, des identités, de l’éducation ? Comment réinventer cette discipline en dehors de ces normes ?



RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉPISODE 

« Masculin-Féminin I : la Pensée de la différence  », Françoise Héritier (Odile Jacob, 1996) : Françoise Héritier décrit le concept d’homoparenté comme étant impensable et désigne la division entre masculin et féminin comme un “invariant anthropologique”, ce qui lui vaut de nombreuses critiques. Elle y revient dans le deuxième tome de Masculin-Féminin, sous-titré “dissoudre la hiérarchie”. 

« Le Deuxième Sexe », Simone de Beauvoir (Gallimard, NRF, 1949) : Simone de Beauvoir y critique le concept de “protestation virile”. 

« Échapper à la psychanalyse  », Didier Eribon (Léo Scheer, 2005).

« La domination masculine », Pierre Bourdieu (Seuil, 1998) :

« La Bâtarde », Violette Leduc (Gallimard, 1964) : et son analyse des rapports de classe, de genre et des normes de filiation.

« Retour à Reims  », Didier Eribon (Fayard, 2009)


CRÉDITS
Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Stagiaire : Nadia Chapelle. Générique : Théo Boulenger. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.