Qu’est-ce que la masculinité acceptable selon l’Eglise ? Comment les prêtres, évêques et moines sont-ils censés l’incarner ? Pourquoi cette crispation contre la “théorie-du-genre” ? Alors que deux tiers des Français·es se déclarent encore catholiques, la croyance et la pratique déclinent de façon continue depuis les années 70. Seuls 4,5% des Français·es vont encore à la messe le dimanche, et il ne reste plus que 12 000 prêtres. Pourtant, le catholicisme pèse et influence profondément sur la culture, la mentalité, les valeurs de la société française.

“La masculinité des prêtres peut paraître anecdotique, mais […] elle raconte plein de choses sur comment est construit le système de genre” rappelle Josselin Tricou, invité de cet épisode, et doctorant membre du laboratoire LEGS (Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité) de l’Université Paris 8. Il s’apprête à soutenir sa thèse sur les masculinités sacerdotales dans l’Eglise Catholique.

Erratum :  Le rédacteur du code civil, c’est Jean-Étienne-Marie Portalis, et non Novalis


RECOMMANDATION DE L’INVITE
Josselin Tricou recommande deux films, car s’il y a de moins en moins de prêtres en France, ils sont omniprésents dans le cinéma français : Léon Morin, prêtre (1961) de Jean-Paul Melville avec Jean-Paul Belmondo et Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?  (2014) de Philippe de Chauveron avec Loïc Legendre dans le rôle du prêtre.


RÉFÉRENCES
« Refaire des “taupes’ : gouverner le silence des prêtres homosexuels à l’heure du mariage gay” de Josselin Tricou, février 2018, Revue Sociologie (Presse Universitaire de France)

« Le prêtre imag(in)é, une émasculation symbolique du clergé catholique dans le cinéma français ? » de Josselin Tricou. Article paru dans Genre en Séries, avril 2016.

« Crise de la pédophilie dans l’Église catholique : une confrontation de scripts sexuels« , de Constance Lalo et Josselin Tricou, Revue d’éthique et de théologie, 2016


CRÉDITS
Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Théo Boulenger. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Seb Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Direction artistique : Julien Cernobori.