En janvier, la faculté de Lille annonçait qu’elle allait proposer gratuitement des « kits de protections hygiéniques » à ses 55 000 étudiant·e·s. Promesse tenue quelques jours plus tard, pas moins de 30 000 kits étaient disponibles sur les trois sites du campus. Avec un accès simple : il suffisait de présenter sa carte d’étudiant pour les récupérer. Une distribution qui sera renouvelée tous les ans.

On estime aujourd’hui que le coût des protections hygiéniques reviendrait à environ 600 euros par an. Pour certain·e·s, cela représente une somme non négligeable alors qu’il s’agit de produits de première nécessité. Il n’est pas rare que des étudiant·e·s ou sans domicile fixe, se retrouvent alors dans une précarité menstruelle.

Pourquoi ces protections hygiéniques sont-elles considérées comme un produit de luxe ? Comment changer les choses ?

Un reportage de Matilde Meslin, réalisé par Solène Moulin.


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

28 jours (Angèle Marrey, Justine Courtot et Myriam Attia, 2018), « Hygiène et précarité en France » réalisé par l’Ifop publié en mars 2019, « Women Spend More Than £18,000 On Having Periods In Their Lifetime, Study Reveals » écrit par Rachel Moss publié le 3 septembre 2015 sur huffingtonpost.co.uk, flux instinctif libre, « Free bleeding », collectif Georgette Sand, Article 278-0 bis du Code général des impôts sur la suppression de la « taxe tampon », Irene (@irenevrose, Instagram), Les Glorieuses


CRÉDITS

Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Cet épisode a été produit en mars 2019 dans les studios de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Chargée de production et d’édition : Lorraine Besse et. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Illustration : Josephin / CC / Unsplash. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.