On parle beaucoup de complotisme ces temps-ci et de l’inévitable masse de désinformation qui l’accompagne. On voit se mettre en branle les habituelles rhétoriques à base de “on-ne-nous-dit-pas-tout”, “on nous ment”, “on nous cache la vérité”…

C’est tout sauf un phénomène nouveau. C’est même une habitude très, très ancienne, qui n’a pas attendu l’émergence et l’explosion des réseaux sociaux pour proliférer.

Par exemple, sur un sujet qui fait régulièrement l’objet de théories pour le moins discutables : la vaccination. Ces dernières années, les antivax, comme on les appelle, voient leurs arguments sortir des zones infras du complotisme fumeux, et gagner du terrain.

Et cela a des conséquences très concrètes, comme le cas de ce médecin d’Angers qui vient d’être suspendu pour avoir délivré un certificat de complaisance de contre-indication à la vaccination d’un petit garçon de 2 ans, à la demande de ses parents. Résultat, sa petite soeur a contracté la coqueluche et a dû être hospitalisée d’urgence.

Certes, avec l’obligation vaccinale, et les 11 vaccins obligatoires depuis un an, la couverture vaccinale progresse, c’est un fait. Mais qu’en est-il de la confiance ? Est-elle en passe d’être restaurée ? Et d’ailleurs, d’où vient-elle, cette méfiance envers les vaccins ? Comment s’est-elle développée et répandue ? Quelle forme prend-t-elle aujourd’hui ?

Thomas Rozec reçoit l’historien Laurent-Henri Vignaud, co-auteur du livre “Antivax, la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours”, paru aux éditions Vendémiaire, et le docteur Christian Lehmann, médecin généraliste à Poissy.

CRÉDITS

Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Cet épisode a été produit en janvier 2019 dans les studios de Binge Audio (Paris, 19e).

Réalisation : Vincent Hiver. Chargée de production et d’édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Illustration : Hyttalo Souza / CC / Unsplash. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.