La crise des opioïdes est désormais mondiale : 34 million de personnes en consomment, 27 millions y sont accros, et les morts se comptent par centaines de milliers. 

Cette crise est particulièrement forte aux Etats-Unis, où une famille est considérée comme responsable de cette addiction généralisée : les Sackler, propriétaires des laboratoires Purdue Pharma qui commercialisent l’OxyContin, le médicament à l’origine du problème. 

Retour sur l’histoire de cette famille, milliardaire et mécène, devenue paria. 

« Amour, gloire et opioïdes » est une série de Lucas Armati, réalisée par Vincent Hiver. 


Épisode 1 : L’OxyContin, le médicament qui tue 130 personnes par jour

Au musée du Louvre au mois de juillet 2019, une manifestation anti-Sackler était organisée pour protester contre le mécénat de la famille Sackler, considérée comme responsable de la crise des opioïdes aux Etats-Unis. 400 000 personnes seraient mortes. 

À l’origine de cette crise sanitaire, la diffusion d’un médicament, l’OxyContin. Les Sackler, famille propriétaire du laboratoire qui l’a produit, ont ignoré les signaux d’alerte et plutôt poussé la publicité autour du médicament, avec l’aide de médecins payés par le laboratoire et grâce à de fausses déclarations sur l’innocuité du produit.


Épisode 2 : « Laisser le monde dans un meilleur état que celui dans lequel nous l’avons trouvé » (Arthur Sackler, 1987)

Cet épisode retrace l’histoire de la famille, notamment le parcours des trois frères Sackler (Arthur, Mortimer et Raymond) des années 1940 jusqu’en 1996, date de lancement de l’OxyContin sur le territoire américain. 

La catastrophe sanitaire des opioïdes ne relève pas du hasard, mais est bien l’aboutissement de décennies de méthodes décriées dans le monde médical. Arthur Sackler a ainsi participé à inonder le marché américain de Valium dans les années 1970 et a déjà dû par le passé, répondre de ses pratiques devant deux commissions sénatoriales.


Épisode 3 : L’art de se faire oublier

La photographe Nan Goldin, elle-même victime des opioïdes, se mobilise contre les musées qui acceptent les généreuses donations de la famille Sackler. Pendant des années, les Sackler ont eu recours à « l’achat » de respectabilité, à travers l’art, les fondations, et le financement de programmes scientifiques dans le monde entier (dont la France). 

Ils faisaient partie de la bonne société new-yorkaise, et leur philanthropie a participé au long silence entourant leurs activités.


Épisode 4 : 2000 plaintes, zéro procès

C’est la « chute » pour la famille Sackler, devenue paria aux yeux de l’opinion publique américaine : 2400 plaintes ont été déposées par des villes, comtés, et états américains contre les Sackler. 

Pour s’en sortir, l’entreprise pharmaceutique tente de régler le problème en proposant un accord financier aux victimes. Pendant ce temps, dans le reste du monde, l’OxyContin continue de circuler grâce aux mêmes méthodes.


CRÉDITS

Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Cet épisode a été produit en octobre 2019 dans les studios de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Vincent Hiver. Chargée de production et d’édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité graphique : Sébastien Brothier et Thomas Steffen (Upian). Illustration : Smithsonian / CC / Wikimedia Commons. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.